La bande dessinée, une menace pour la culture ?

Merci à Jessica Kohn de m’avoir communiqué ce texte.

Un raz de marée ! L’unité quand il s’agit de bandes dessinées est le million. Abner ou Blondie – made in U.S.A. – ont, en leur pays d’origine, quarante millions de lecteurs (ou de voyeurs), puis à l’exportation, elles font la centaine de millions. L’énorme mitrailleuse américaine à « b.d. » inonde les pays sous-développés, sous-alphabétisés, se répand encore chez les autres, où elle suscite une concurrence nationale. Donc une entraide, plutôt qu’une concurrence. Des quotidiens dits populaires se laissent complaisamment envahir et, dès lors, les deux pôles d’attraction semblent devenir le fait divers et la « b.d. ». Causes et effets de la dépolitisation : les informations politiques perdent progressivement leur place en perdant l’intérêt qu’on leur porte. Et réciproquement. On voit d’ailleurs, parfois se produire une collusion entre le beau crime et le dessin, celui-ci aidant à visionner celui-là. Quand aurons-nous – enfin ! – notre quotidien tout entier en photos – style roman-photos – et en dessins-style « b.d. ». Plus tôt qu’on ne croit peut-être. Un tel journal, m’a-t-on assuré, existe déjà en Amérique latine. Et, chez nous, n’avons-nous pas assisté, l’hiver dernier, sous la bannière de « l’optimisme » et des « bonnes » élections présidentielles, à une tentative dont la formule commençait à se rapprocher sérieusement de l’idéal « visuel ».

            Imaginons la « une » sensationnelle du « nouveau quotidien ». Première photo : de Gaulle (air superman), dans la bulle : « La coupe est pleine Lyndon. Je me retire de l’OTAN. » Deuxième photo : Wilson (comme avant une dévaluation du sterling), dans une bulle hystérique : « Scratchiii !!!… » Troisième photo : Erhard (l’oeil rond), dans la bulle « Vlummpff… » Quatrième photo : Johnson (Saint – ou Judas – protestant de sa bonne foi), dans la bulle en forme d’auréole : « Quel coup au cœur de l’Alliance ! » Cinquième photo : de nouveau de Gaulle (souriant, mais un peu sarcastique), dans la bulle : « Pourtant, je demeure l’allié de mes alliés. » Après ce rude effort d’information et de compréhension politiques, le lecteur du nouveau journal aurait évidemment le droit de passer à des sujets plus divertissants.

            Nous n’en sommes pas là. Mais en attendant, l’étudiant « dans le vent » n’abandonne ses « polys » que pour Tintin, le père de famille chipe Asterix à son fils. Les tirages montent et la « b.d. » voit aussi monter son standing. Elle atteint des classes, qui étant aisées, passent pour cultivées. […]

            J’ai demandé à Albert Memmi ce qu’il pensait du problème. Pourquoi Albert Memmi ? À différents titres. Comme écrivain et comme sociologue, et plus précisément sociologue de la lecture. Et encore en raison de ceci : j’avais rencontré Albert Memmi lorsque, à l’automne 1964, nous avons préparé un numéro spécial consacré aux livres de poche. Albert Memmi s’était alors franchement déclaré en faveur des moyens de masse, des modes modernes de diffusion de la culture, et plus particulièrement des moyens audio-visuels, m’assurant, par exemple, que les intellectuels qui affectent de mépriser la culture par l’image (la télévision notamment) commettent la même erreur que les clercs qui crurent voir un danger, pour la culture, dans l’invention de l’imprimerie.

— Je ne renie rien de ce que je vous ai dit alors, déclare Albert Memmi. Je suis pour tout moyen de diffusion de la culture. Sur ce plan, je suis utilitariste. Je suis contre le mandarinat. Nous devons aider le niveau culturel de la majorité à s’élever. C’est, à chaque coup, gagner la partie sur l’animalité. Cela dit, il faut absolument distinguer entre des moyens encore mal utilisés (comme la télévision et le cinéma éducatif), mais doués d’une potentialité formidable et des moyens qui, par définition, sont médiocres ou même bas, telle la bande dessinée. Je ne crois pas en une valeur culturelle de la bande dessinée. Pour moi, elle ne représente qu’une entreprise de pure démagogie culturelle.

— Comment expliquer le phénomène, le consentement ou même la vogue à laquelle nous assistons ?

— J’incriminerai assez volontiers la confusion des valeurs qui sévit dans les grandes villes. On met sur le même plan des phénomènes importants et des petits phénomènes de surface, des prurits. Je suis sidéré de voir des gens que j’estime, des artistes comme Alain Resnais signer un manifeste en faveur des bandes dessinées. Cela donne envie de revenir à Alain pour qui la culture s’acquiert difficilement. Tous les grands mouvements ont demandé un effort, une conversion intérieure. Mettre en bandes dessinées le Capital, la Chartreuse ou la Bible, c’est se moquer du monde, et c’est une honte. […] La bande dessinée n’a de valeur ni éducative, ni informative.

— Mais la bande dessinée est, elle-même, souvent création originale ?

— Un seul élément me semble pouvoir être positif : aider l’imagination des gens. À la limite, la bande dessinée deviendrait valable si de grands artistes acceptaient de s’y consacrer. Mais ce que nous voyons, il faut bien le dire, reste d’une pauvreté effarante et fait appel à ce qu’il y a de plus bas. Le reste est affaire de snobisme. Il existe un couple dialectique formé par le mandarin et par Tintin. Or, Tintin, c’est ennuyeux comme la pluie.

— Et que dit le sociologue ?

— Tout est révélateur d’une société. À ce titre, la bande dessinée mérite évidemment une analyse de contenu. Cela ne la place pas pour autant au rang de fait culturel. Le fond du problème est que nous vivons une société de consommation. On va, en matière de presse, vers la simplification, l’uniformisation des textes, l’importance croissante de l’image. On réduit le format des journaux. On assure que c’est pour les rendre plus maniables. Et puis on s’aperçoit que la qualité des textes est également réduite.

« Une menace pour la culture ? » Par Jean GAUGEARD, Les Lettres françaises, 30 juin 1966, p. 14.

 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Sylvain Lesage (30 septembre 2020). La bande dessinée, une menace pour la culture ? Penser la bande dessinée. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ssv3


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search