Légitimation de la bande dessinée

Par quel texte commencer ce corpus des textes s’efforçant de penser la bande dessinée, si ce n’est par l’article de Luc Boltanski consacré à la constitution du champ de la bande dessinée ? Publié dans le premier numéro des Annales de la recherche en sciences sociales fondées par Pierre Bourdieu, l’article est assurément le texte le plus célèbre des études sur la bande dessinée. Abondamment cité comme marquant un tournant dans la considération dont jouit la bande dessinée, l’article ne pose pas moins une série de questions.

Soucieux de décrypter les mutations des hiérarchies culturelles, Luc Boltanski décrit minutieusement toute une série de changements à l’œuvre dans les structures de production, dans le milieu d’origine et la formation des auteurs, dans la composition des lectorats… Certaines des hypothèses de Boltanski ont depuis été rectifiées et affinées (voir par exemple l’analyse de Jessica Kohn qui nuance considérablement le portrait que Boltanski esquisse des dessinateurs). Le modèle même de son analyse a abondamment été revisité et remis en cause, notamment par Eric Maigret. L’un des paradoxes du texte de Boltanski est la double légitimation qu’il porte, largement inconsciemment : à un premier niveau, l’analyse de Boltanski procède d’une forme de tautologie, tant elle érige un certain nombre de figures de “jeunes” auteurs comme représentatifs d’un positionnement alternatif. Elle entérine et amplifie, ce faisant, une conception romantique et auteuriste de la bande dessinée. Par ailleurs, le prestige symbolique dont jouissent à la fois Boltanski et la revue qui publie son article a fonctionné comme une sorte de totem de légitimité culturelle, qui a longtemps dispensé d’examiner de plus près ce texte.

L’apparition d’un champ possédant certaines propriétés des champs de culture savante est le produit de la rencontre d’un ensemble de changements relativement indépendants et structuralement homologues qui ont affecté le public, les producteurs de bande dessinée, le champ intellectuel et qui sont sans doute liés pour la plupart, quoique selon des modalités différentes, à l’élévation du taux de scolarisation et à la translation des chances d’accès au système d’enseignement. […]

Culture savante et collection

Sans perdre son public traditionnel – enfants, adultes des classes populaires et “parents” des classes supérieures, qui “empruntent” les bandes de leurs enfants et se les approprient sur le mode ludique et distant caractéristique de la relation des classes cultivées aux biens symboliques démunis de légitimité- la BD, un peu à la façon des films dits de “catégorie B” , westerns, policiers, “péplums”, etc., dans les années 50, tend à acquérir aujourd’hui un nouveau public doté de nouvelles dispositions propres à modifier le type de relation qu’il entretient avec elle. En différant l’âge d’entrée dans la vie active, l’accroissement et la durée de la scolarisation étend aux adolescents issus des classes populaires et surtout des classes moyennes le statut d’écolier ou d’étudiant traditionnellement réservé aux enfants de la bourgeoisie. Les nouveaux adolescents qui disposent, comme l’ adolescent bourgeois, d’une réserve de temps libre sans faire l’objet des mêmes incitations à l’investissement culturel dans la lecture “sérieuse” constituent pour la BD un nouveau public plus âgé et plus scolarisé que son public traditionnel. Dotés par le passage dans l’enseignement secondaire d’une ébauche de disposition cultivée sans posséder pour autant le capital de compétences et surtout l’assurance qui leur serait nécessaires pour investir dans les domaines culturellement légitimes, ces nouveaux lecteurs transposent dans le rapport qu’ils entretiennent avec la BD les dispositions acquises au contact des biens culturels que transmet l’école l’intérêt pour l’auteur de l’œuvre et pour sa biographie autant que pour l’œuvre elle-même; propension au commentaire, à la paraphrase (formes scolaires du discours de célébration) et à la comparaison; surtout, disposition accumulatrice. La collection, comme accumulation systématique et sélective, est à la fois constitutive de toute culture savante (qui en ses formes les plus sophistiquées est entièrement réductible à un système d’accumulation et de classement) et une activité culturellement et socialement méprisée lorsqu’elle est explicitement définie comme telle et qu’elle s’exerce à propos d’objets démunis de légitimité. […]

Transfert de légitimité et discours de célébration

L’apparition récente de commentateurs en provenance du champ intellectuel et de l’Université dont les membres étaient, pour la plupart, très hostiles à la BD jusque vers les années 55 accroît la légitimité de la BD et augmente le capital culturel concentré dans le champ où elle se produit.[…]

Autre transfert de légitimité : la forme esthétique du discours de célébration s’implante dans le champ. Elle y est importée par des professeurs d’esthétique (G. Lascault dans l’Art vivant), des critiques d’art (J. F. Josselin dans le Nouvel Observateur, etc. ) qui trouvent sans doute dans la réhabilitation élective des biens symboliques produits en dehors de la légalité esthétique (kitsch) un moyen d’éprouver leur pouvoir de consécration et d’exercer, par un simple déplacement de l’attention, les talents de découvreurs de talents qui les justifient. […]

La formation de l’appareil

La mise en place d’un appareil -de production, de reproduction et de célébration- accompagne les transformations du champ.

– Revues : A côté des revues qui publient des bandes dessinées se créent plusieurs revues d’érudition et de célébration (bibliographies, histoire de la bande, critiques et surtout, interviews de dessinateurs et de scénaristes).

– Sociétés savantes et académies : Amis de la bande dessinée, Centre d’études des littératures d’expression graphique et, surtout, Société française de bandes dessinées (créée en 1966) qui organise des conférences, des soirées de projection, etc. au musée des Arts dé coratifs. Des nouveaux producteurs s’y retrouvent et y rencontrent aussi des membres du champ intellectuel

– Prix : La même académie décerne un prix, le “Prix de la bande dessinée” (pouvoir de consécration).

– “Création d’événements” (comme disent les manuels de Relations publiques). Congrès, salons, assises, sont propres à ponctuer selon un rythme spécifique la vie du champ, à accroître les interactions à l’intérieur du champ (notamment entre producteurs et célébrateurs) et entre le champ de la BD et le champ intellectuel […]

-La republication de séries anciennes disparues du marché (Little Nemo, Bicot, Flash Gordon, Tarzan, Prince Vaillant, Mandrake. etc.) et la création de librairies spécialisées (librairies Dargaud, Dupuis, Futuropolis etc . ) créent les instruments de l’érudition et de l’accumulation, culturelle.

– A côté des éditeurs traditionnels (Dupuis, Casterman. etc.) se développent des maisons d’édition d’un type nouveau avec “attaché de” presse”, “revue”,”réceptions” et dont la politique d’édition tend à répondre à la demande des “amateurs éclairés” au moins autant qu’à celle du “grand public” […]. En outre, quelques éditeurs implantés dans le champ de la littérature traditionnelle et dotés, à des degrés divers, d’une légitimité littéraire, commencent à publier des bandes en album de luxe destinées à une clientèle d’adultes (par exemple, republication de Zig, Puce et Alfred chez Stock […]. ) .

-Création d’un enseignement de BD à la faculté de Vincennes (Giraud, Mézières.etc. y enseignent ou y ont enseigné).

Luc Boltanski, « La constitution du champ de la bande dessinée », Actes de la recherche en sciences sociales. Vol. 1, n°1, janvier 1975. Hiérarchie sociale des objets. pp. 37-59

Texte complet de cet article fondateur à retrouver sur Persée : https://www.persee.fr/doc/arss_0335-5322_1975_num_1_1_2448.

Pour une approche critique :

Xavier Guilbert, « La légitimation en devenir de la bande dessinée », Comicalités. Études de culture graphique, 6 juillet 2011.
Sylvain Lesage, « Une bande dessinée adulte ? Usages et mésusages de la légitimation », Belphégor. Littérature populaire et culture médiatique, 9 mars 2019, no 17, 1.
Éric Maigret, « La reconnaissance en demi-teinte de la bande dessinée », Réseaux, 1994, vol. 12, no 67, p. 113‑140.
Vincent Dubois, « Légitimation », in Emmanuel de Waresquiel (dir.), Dictionnaire des politiques culturelles de la France depuis 1959, Paris, Larousse / CNRS Editions, 2001, p. 366‑368.

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Sylvain Lesage (25 septembre 2020). Légitimation de la bande dessinée. Penser la bande dessinée. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ssv2


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search