Quand les bandes dessinées veulent entrer à l’université…

Cet article du Monde, publié en 1966, témoigne de l’écho important rencontré par l’activisme bédéphilique. Il constitue également un témoignage de la forme académique adoptée par cette première génération de militants de la légitimation du neuvième art. Il fournit, enfin, un éclairage sur le chemin restant à parcourir – avec la persistance du soupçon pesant sur la presse enfantine et les “journaux de terreur pour adultes”.

https://www.lemonde.fr/archives/article/1966/10/08/quand-les-bandes-dessinees-veulent-entrer-a-l-universite_2688453_1819218.html

Lucques, … octobre. – C’est sans doute parce qu’ils ne voulaient plus prêter à sourire lorsqu’ils s’adonnaient à leur lecture préférée que quelques amateurs se sont attachés, depuis plusieurs années, à faire accéder les ” comics “, ” fumetti ” et autres bandes dessinées (en abrégé́ B.D.) à la respectabilité́. Dans une première phase, il s’agissait de ne pas laisser aux enfants l’exclusivité́ de Blondie, Guy l’Éclair, Mickey, du Fantôme ou de Luc Bradefer…

A cette fin, des lecteurs assidus qui avaient la nostalgie des illustrés de leur adolescence (âge moyen trente à quarante-cinq ans) se sont groupés, ont revendiqué le droit de profiter sans honte de la fréquentation de leurs héros et de doter un genre jusque-là méprisé, considéré comme une évasion vulgaire, une ” sous-culture “, de tout un poids culturel – esthétique, historique, sociologique, sémantique, – ce que Mme Evelyne Sullerot avait qualifié d'” antichambre de la culture [1]“.

Les militants du “fumetto”

Ils avaient commencé, ces militants du “fumetto”, par créer en France un club – le “Club des bandes dessinées”, – auquel se substitua l’année suivante, sous une appellation plus pompeuse, le Centre d’étude des littératures d’expression graphique (C.E.L.E.G.) ; un congrès international s’était tenu à Bordighera en 1965, et on avait entrepris de recenser les ” classiques “. Tout de suite, l’édition avait suivi ; après les réééditions-club (Tarzan, le Voyage dans une pièce de monnaie, Mandrake, etc.), ce furent des albums somptueux (comme Bicot président de club et les Pieds- Nickelés aux Éditions Azur) ; Jean-Jacques Pauvert a diffusé dans les kiosques la revue spécialisée Giff-Wiff (deux numéros parus) ; des bandes modernes ont connu des tirages importants (comme Barbarella de Jean-Claude Forest ou les Aventures de Jodelle chez Éric Losfeld) ; enfin, Astérix, bien connu des amateurs depuis bon nombre d’années, a eu droit à la couverture des magazines… A l’étranger, sont nées des revues : Linus en Italie, Karlsson en Suède, ainsi que les “fanzines” (journaux intérieurs des comics-clubs). Pour les mois à venir, on annonce, outre des rééditions (Zig et Puce chez Stock, Tarzan chez Azur), un roman entièrement composé en bandes dessinées chez Pierre Belfond, la Zazie de Raymond Queneau mis en images par Carelman, chez Gallimard, et une Histoire de la bande dessinée, réalisée sous la direction de Hubert Juin, aux Éditions Marabout.

Mais il reste encore à faire entrer les bandes dessinées à l’Université.

Dans cette perspective vient de se tenir à Lucques, en Toscane, le deuxième congrès international des bandes dessinées qu’organisait l’Institut de pédagogie de l’université́ de Rome, l’Institut italien des communications de masse et le Centre d’étude des littératures d’expression graphique, avec la participation d’une centaine de délégués – éditeurs, dessinateurs, scénaristes, historiens, pédagogues, psychologues, psychosociologues, anthropologues, théoriciens, exégètes, et même simples lecteurs – venus de Suisse, Belgique, Mexique, Espagne, Suède, États-Unis, Brésil, etc.

A l’issue de ces journées, deux associations ont été créées qui vont solliciter leur affiliation à l’Unesco : l’Association internationale des critiques de bandes dessinées (président : Francis Lacassin), destinée à influer sur la qualité de la production et le goût des lecteurs, et la Fédération internationale des centres d’étude des bandes dessinées. Ce dernier organisme, placé sous la présidence d’honneur d’Alain Resnais, grand spécialiste de Dick Tracy[2], se propose d’établir un dictionnaire international des personnages, une bibliographie internationale, ainsi qu’un sottisier international des préjugés et tabous dont sont victimes les bandes dessinées.

Mickey s’embourgeoise

A Lucques donc, les B.D. étaient l’affaire des adultes spécialisés ; et si quelques rares enfants furent tolérés, par protection, dans la salle de réunion, ils n’eurent évidemment pas le droit d’émettre un avis de simple consommateur. Que pensèrent-ils en voyant, au premier “marché de la B.D.”, des collectionneurs payer 7 000 lires pour un exemplaire de Mickey (en italien Topolino) de 1936 et 700 000 lires pour quelques albums du même Topolino ? Et quel ne fut pas leur étonnement – et le nôtre – en voyant un prêtre monter à la tribune pour proclamer : ” Amateurs de bandes dessinées du monde entier, unissez-vous !…” et un autre congressiste s’écrier : “Je ne suis plus d’accord quand on dit que Mickey s’embourgeoise. Je pense, moi, qu’il devient un 007…”

Parmi les communications les plus intéressantes, retenons celles d’un sociologue sur ” Les fumetti comme facteur d’intégration de la préadolescence “, enquête réalisée à Milan, qui rejoint les conclusions de M. Pierre Fouilhé[3], d’un psychologue, M. Pierre Bougeron, sur Superman et le délire paraphrénique, de Mme Sullerot sur le Symbolisme des onomatopées, langage verbal par excellence, de Francis Lacassin sur le Déclin des héros de B.D. Signalons également l’intérêt d’une étude en cours sur les B.D. pendant le fascisme (1930-1943), dirigée, par M. Luigi Volpicelli, professeur de sociologie à l’université́ de Rome.

Cependant nous aurions beaucoup souhaité qu’à partir de ces communications sur le fascisme en Italie, par exemple, les débats quittent un peu le domaine de l’historiographie et de l’exégèse et abandonnent momentanément l’âge d’or de Popeye, Buck Rogers et Peanuts, pour traiter des nouveaux héros de B.D. Il serait intéressant, notamment, de voir comment, dans la presse américaine, les ” Japs ” de notre enfance ont été́ remplacés par les “Viets”, même si l’Amérique continue à écouler en Europe ses stocks de comics sur la guerre du Pacifique et la Corée…

Journaux de terreur

Enfin, le problème de la censure, effleuré à maintes reprises, ne fut pas vraiment traité, sauf par les professionnels de l’édition jugeant en tant que producteurs. On vit même le mari de l’éditrice de Diabolik défendre ce qui était pour lui une affaire de famille et expliquer que les bandes “noires” n’étaient pas nocives puisque le héros, “symbolisant l’Esprit du Mal, était continuellement poursuivi par le bien”… Il est à noter qu’en Italie, pays producteur et exportateur de B.D., on a assisté récemment à une floraison de journaux de terreur pour adultes – Diabolik, Kriminal, Sadik, Satanik, Killing ; un procès doit avoir lieu le 28 octobre à Milan contre ces publications dans lesquelles on tue à chaque page, sinon à chaque image. Le jugement influera, sans aucun doute, sur l’orientation de la production à venir.

Les bandes dessinées sont-elles le “neuvième art” ou un poison pour enfants, un témoignage de l’imaginaire collectif ou un pur divertissement ? A cette question, un “cartoonist” américain, David Pascal, a donné un embryon de réponse qui a paru sans doute bien terre à terre aux congressistes de Lucques. “Nous, les dessinateurs, a-t-il dit, en Amérique, nous faisons des bandes dessinées pour gagner de l’argent. Nous n’avions jamais pensé que c’était si sérieux. Mais maintenant j’ai eu la cervelle lavée par les Français et les Italiens, je sais que c’est important.”


[1] Bandes dessinées et culture, par Evelyne Sullerot (Opéra Mundi éditeur).

[2] “Le dossier de Dick Tracy” (exhaustif), dans Giff-Wiff.

[3] Journaux d’enfants, journaux pour rire ? par Pierre Fouilhé (Éditions C.A.P., 1955).



Citer ce billet
Sylvain Lesage (2020, 5 octobre). Quand les bandes dessinées veulent entrer à l’université…. Penser la bande dessinée. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ssv4

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search