Le phénomène Astérix

Référence canonique des études sur la bande dessinée là encore que cet article de Jean-Noël Gurgand publié dans L’Express, et qui témoigne du succès critique et public colossal que rencontre la série de Goscinny et Uderzo au milieu des années 1960. Publié dans ce qui est alors l’un des hebdomadaires phares de la bourgeoisie de centre-gauche, le texte est plus souvent signalé – comme un jalon de la légitimation – que réellement lu et connu. Anecdotiquement, l’article s’appuie largement sur le travail d’un certain Gilbert Chateau, présenté comme préparant un ouvrage sur Astérix ; celui-ci n’a, à ma connaissance, jamais vu le jour. On retrouve la signature d’un Gilbert Chateau, qui pourrait bien être le même, dans une poignée de critiques théâtrales publiées pendant la décennie suivante dans la NRF.

Le texte constitue un témoignage crucial du processus naissant de légitimation de la bande dessinée. Il signale ainsi  l’existence du CELEG (alors concurrencée par la Socerlid, dont le journaliste n’a manifestement pas entendu parler – on est, il est vrai, avant l’exposition Bande dessinée et figuration narrative). Il dresse le parallèle entre récits dessinés et geste gaullienne, promis à un long avenir – le travail de Nicolas Rouvière en constitue la lecture la plus fine. Enfin, il pose le parallèle entre bande dessinée française et américaine, promis là encore à une postérité importante dans l’ordre des discours sur la bande dessinée.

Le phénomène Astérix

Couverture de L’Express n° 796, 19-25 septembre 1966

Le mercredi 31 août, à Phnomh Penh, le général de Gaulle disait au monde ce qu’il pensait de la puissance américaine. Le même jour, à Paris, les éditions Dargaud lançaient en librairie Astérix chez les Bretons, le huitième album de la collection, où l’on voit les Gaulois aider les Bretons (c’est-à-dire les ancêtres des Anglais) à se débarrasser de l’envahissante civilisation romaine.

Succès pour de Gaulle, triomphe pour Astérix. Les militaires américains et les centurions romains en avaient pris une fois de plus pour leur grade.

Et quand mardi dernier, le DC 8 présidentiel s’est posé à Orly, les 600 000 exemplaires de la première édition d’Astérix chez les Bretons étaient pratiquement épuisés. Cela ne s’était jamais vu. Un million d’Astérix vendus depuis le début de 1966. Tous les titres en réimpression avant les fêtes de fin d’année. Les éditions Dargaud, distribuées par Sequana (Nielsen), sont débordées. Depuis que le premier satellite français, lancé le 26 novembre dernier de la base de Hammaguir, a été baptisé Astérix par M. Michel Chevalier, un des responsables du programme spatial français, M. René Goscinny, l’auteur, passe à la télévision une fois par mois. Le New York Times lui consacrait mercredi dernier une étude titrée : “Un héros de bande dessinée prend le cœur des Français”. Astérix est, en feuilleton radiophonique, une des émissions les plus suivies de France-Inter. Il n’y a plus, en France, un seul professeur qui puisse employer le mot “astérisque” et garder son autorité.

Oumpapah. Le principe des aventures d’Astérix est simple : guerrier gaulois malin et rouspéteur, Astérix, avec l’aide d’Obélix, livreur de menhirs de son état, de Panoramix, le druide du village, d’Assurancetourix, le barde, et d’Abraracourcix, le valeureux chef de la tribu, mène joyeuse guerre à tout ce qui passe à portée de moustaches. Son droit : ne pas accepter que qui que ce soit lui marche sur les pieds. Son honneur : ne pas se laisser civiliser par les légions de César. Sa force : la potion magique que lui prépare en exclusivité le druide Panoramix. Son arme : la châtaigne. Son but : entre deux chasses au sanglier et deux bonnes rigolades, vivre tranquille dans son village.

En six ans et huit épisodes, Astérix s’est, à coups de robustes calembours et de belles bagarres, nettoyé aussi facilement un chemin parmi les héros de bandes dessinées classiques qu’à travers une cohorte de légionnaires romains en formation de combat. Dans son sillage, Jim la Jungle, Zorro, Tintin, Buffalo Bill et Mandrake mordent la poussière et les centurions comptent les étoiles.

“Nous ne comprenons pas bien ce qui arrive à Astérix”, disent ses “parents”, René Goscinny, 40 ans, et Albert Uderzo, 39 ans. Goscinny – scénarios et textes – a connu Uderzo – dessins – dans une agence belge, il y a douze ans. Ils faisaient déjà, mais chacun de son côté, des bandes dessinées, textes et dessins. L’un écrivait mieux qu’il ne dessinait, l’autre dessinait mieux qu’il n’écrivait. Ils décident de s’associer. Ils imaginent d’abord Oumpapah, l’Astérix indien, pour qui le sentier de la guerre n’était jamais qu’un petit bonhomme de chemin. Succès d’estime : c’est-à-dire, pratiquement, un échec.

Un jour, ils décident de faire l’inventaire de tous les héros de bandes dessinées depuis la préhistoire. Ils s’aperçoivent que les Gaulois n’ont jamais inspiré personne. Ils se documentent, inventent une formule, créent des personnages, cherchent des noms faciles à retenir. Astérix est né.

Le phénomène Astérix

Pas honteux. Pour eux, le succès d’Astérix vient de ce qu’il amuse les parents encore plus que les enfants : chacun y trouve son compte. “Cela nous détend”, disent les parents qui ne se cachent pas pour lire Astérix. Non seulement ce n’est pas “honteux”, mais les grandes personnes sont sûres de saisir des astuces inaccessibles aux enfants. “Cela m’amuse, dit un professeur de lycée, au cours d’une enquête récente, de voir les Goths parler en caractères gothiques, les Romains jouer au CDXXI (421), les Egyptiens s’exprimer par idéogrammes. Ou encore ce malheureux légionnaire effondré sous son bouclier après le passage dévastateur d’Obélix, et gémissant : “Engagez-vous, rengagez-vous, ils disaient… Vous verrez du pays, ils disaient…”.

Pour les enfants qui aiment Astérix “parce que c’est marrant”, les aventures de Pacotéalargus et d’Aplusbégalix illustrent directement les premières leçons de latin et d’histoire. César n’est plus seulement le personnage impossible des austères versions de De Virus Illustribus, et quand c’est Uderzo qui fait manœuvrer les légions, l’armée romaine n’est plus simplement un sujet de contresens.

Pour M. Gilbert Chateau, qui prépare un ouvrage très sérieux sur les bandes dessinées, “c’est d’abord la qualité d’Astérix qui en fait le succès”. Qualité des personnages, qualité des gags, qualité du dessin. Originalité du thème et du style : “Avec Astérix il n’y a pas d’identification au personnage. Il n’est pas beau, il n’a pas d’âge. Il est plus teigneux qu’intelligent. Son seul côté “héros” c’est, bien sûr, son invincibilité, mais c’est presque une invincibilité pour rire, pour jouer le jeu. Astérix est un héros au deuxième degré”.

Parmi les autres raisons du succès, M. Château cite – en connaisseur – les calembours et les anachronismes – comme l’affaire du courrier de Lugdunum, le nez de Cléopâtre, le fou déguisé en Napoléon et qui se prend “on ne sait pour qui”, le barde chantant “Menhirmontant, mais oui, mesdames”, la pancarte annonçant “Rome sweet Rome”, le centurion Langélus se faisant sonner les cloches, le décurion braillant “Vous me ferez VIII dont IV…”.

Les Français de 1966. Ni Gilbert Chateau ni Goscinny ne souhaitent qu’on cherche ailleurs, plus profondément, d’autres raisons, d’autres “motivations”, à la ferveur que des millions de Français témoignent aujourd’hui à Astérix.

Et pourtant…

Les Français ne se reconnaissent-ils pas, dans ces Gaulois “irréductibles, courageux, teigneux, têtus, ripailleurs, bagarreurs et rigolards”, l’image qu’ils se font d’eux-mêmes ? Les Gaulois de Goscinny qui râlent contre les prix qui montent, les bateaux qui troublent la pêche, l’air vicié de Lutèce, les embouteillages sur la route des vacances, la mauvaise humeur des hôteliers, ceux qui ricanent à la promiscuité des H.L.M. romaines (“Ils sont fous, ces Romains !”), aux curieuses habitudes des Bretons (“Ils sont fous, ces Bretons !”), aux étranges mœurs des Egyptiens (“Ils sont fous, ces Egyptiens !”), s’attendrissent volontiers pour secourir l’opprimé contre l’oppresseur, le civil contre le militaire, l’individu contre la Société, pour rendre la justice par grandeur d’âme, et ridiculiser par bonté de cœur les méchants et les traîtres.

On se moque de tout (“J’ai fait la guerre, moi, monsieur, j’étais à Gergovie, monsieur”), de tout le monde (“Gaulois, Gauloises, l’heure est grave”) et, à l’occasion, de soi-même. Mais l’heure venue, on s’émeut facilement en pensant à son village (“Notre village”), à ses certitudes et à ses traditions.

Les Goths peuvent bien, au pas de l’oie et casque à pointe, céder de temps en temps à leur manie de l’invasion, les Bretons continuer de mettre leur gazon à l’endroit et leurs phrases à l’envers, les Romains faire la guerre pour installer la paix – Astérix entend rester maître chez soi.

Le vent de l’Histoire. D’ailleurs, ce ne sont pas les légionnaires ni leurs décrions qui font peser la moindre menace. Eux, ce sont les bidasses tire-au-flanc de partout et les adjudants fort en gueule de toujours, pas dangereux pour un sesterce. A la rigueur, ils seraient même sympathiques et, en tout cas, ils font marcher le commerce. La crainte vient de cette Rome redoutable et lointaine. Face à sa civilisation-rouleau compresseur, l’arme nationale gauloise, la châtaigne, même dopée, risque de ne pas peser lourd dans le vent de l’Histoire.

Mais qu’importe, tant qu’on est encore entre nous. Bien sûr, il y a des traîtres, comme Quatrédeusix (“Je suis un infâme, mais après tout, il en faut aussi, et puis je ne fais pas ça sans raison. Je le fais pour de l’argent”), mais ce qui est beaucoup plus grave, des “collaborateurs” : “Au temps de l’occupation romaine, il y avait, en Gaule, deux sortes de Gaulois. Tout d’abord ceux qui acceptaient la paix romaine et qui essayaient de s’adapter à la puissante civilisation des envahisseurs…”.

Ceux-là, comme le chef Aplusbégalix, “vendu, brutal, ambitieux et sans scrupules”, s’habillent en toge, détournent la rivière pour la remplacer par un aqueduc, installent chez eux le buste de César, ne jurent plus que par Jupiter et envoient leurs gosses apprendre Rosa-Rosae-Rosam à l’école de langues vivantes du professeur Berlix.

Après les légions, les déclinaisons. Après la colonisation par les armes, la civilisation par la culture. César peut-il faire régner la paix romaine sur son empire à coups de pilums et de sentences ? C’est la question que posait de Gaulle à Phnom-Penh. Pour les Gaulois, la réponse ne fera pas de doute : c’est non, tant que le coq aura des ergots et que le druide saura préparer la potion.

Popeye. La nature de cette potion magique est, bien entendu, mystérieuse. On sait simplement qu’elle contient du gui et du homard : “le homard, à la vérité, n’est pas indispensable mais ça donne du goût”. Pour Goscinny, elle a exactement les mêmes vertus que les “Spinach” de Popeye, mais les sociologues y voient le symbole de l’homme providentiel – de Gaulle.

“Ces exégèses ne sont pas raisonnables, dit Goscinny… Je vous assure que je ne suis ni nationaliste, ni chauvin, ni xénophobe. J’aime mon pays à la manière de ceux qui ont longtemps vécu à l’étranger. C’est tout.”

Petit, brun, le visage mobile, des fossettes quand il rit, il a passé plusieurs années en Argentine et aux Etats-Unis, employé “particulièrement amorphe” à la comptabilité d’une usine de caoutchouc. Quand on l’a remplacé par une machine, il est revenu en France. Son rêve était de raconter des histoires drôles. “Un humoriste qui fait rire quelques personnes, dit-il, est un type amusant. Un humoriste qui ne fait rire que lui est un imbécile ou un précurseur. Un humoriste qui fait rire la majorité du public est un humoriste professionnel”.

Il parle posément, la voix douce. Célibataire, très rangé, méticuleux même, il a horreur de la campagne et des vacances. Son dernier bon souvenir de vacances : deux mois en bateau pour passer trois jours en Argentine. Son drame : il n’a pas de passion, et maintenant qu’il a du succès, il voudrait d’une manière ou d’une autre “marquer le coup”, mais ne sait pas comment. Il envie Uderzo de s’être offert une Jaguar E. Lui n’aime pas les voitures. Il n’aime que travailler. Et s’il est actuellement l’un des auteurs les plus sollicités du monde, il ne change rien à ses habitudes. Chaque matin, il se rend au journal “Pilote”, dont il est le rédacteur en chef, puis, l’après-midi, rentre chez lui pour préparer les nouvelles aventures d’Astérix, de Lucky Luke (avec le dessinateur Morris) et du petit Nicolas (avec Sempé).

Seggi. Les prochains épisodes – Astérix et les Normands et Astérix légionnaire – verront le personnage d’Obélix, livreur de menhirs, prendre de plus en plus d’importance. De la même manière que le capitaine Haddock est devenu le personnage principal des aventures de Tintin. Le comparse n’est pas tête d’affiche, mais il a e grand rôle. Astérix est un symbole, Obélix un personnage. Les symboles sont infaillibles – Obélix ne l’est pas toujours. Ils n’ont pas de complexes – Obélix a celui d’être trop gros – ni de grandes amours – Obélix va s’éprendre de Falbala, une cousine de Boufiltre, la jolie Gauloise. Il en perdra même l’appétit.

Quand il raconte tout cela, Goscinny s’amuse, comme Uderzo quand il dessine. “Notre seule ambition, c’est de faire rigoler… Les autres interprétations sont démesurées”. Ils sont outrés par l’adaptation qu’on a faite en Allemagne des aventures d’Astérix, devenu, pour les besoins de la cause, “Seggi, le petit Germain”, une sorte de héros nazi en quête de revanche. Effrayé par les dimensions que l’on prêtait à son personnage, Goscinny a intenté un procès et fait interdire Seggi.

L’accueil fabuleux réservé ce mois-ci à Astérix correspond à un sentiment profond. Il ne fait aucun doute que les bandes dessinées, moyen d’expression plus simple et plus immédiatement accessible que les autres, sont le dépositaire idéal des mythes et des symboles de leur époque.

Les chercheurs du C.E.L.E.G., le Centre d’Etudes des Littératures d’Expression Graphique, patronné par MM. Raymond Queneau, Alain Robbe-Grillet, Alain Resnais, rappellent qu’aux Etats-Unis, avant la Seconde Guerre mondiale, le désir des Américains de prendre part au conflit était plus clairement discernable chez les héros de bandes dessinées que dans les déclarations d’intention du gouvernement.

Actuellement, la firme Marvel, l’un des plus grands producteurs de “comics”, reste fidèle, en ce qui concerne son orientation, à ce qui est essentiel aux yeux des jeunes Américains : l’avenir, maîtrisé par la technique.

Clap, clap, clap. Superman est l’Américain idéal, Tintin le porte-drapeau de l’Occident face au monde communiste. Avec Astérix, l’identification est à la fois plus subtile et plus globale. Elle ne joue pas au niveau du personnage, mais d’un état d’esprit, d’une manière d’être. On ne cherche pas dans la fiction futuriste un espoir de conquête et de puissance. On se contente des leçons d’histoire pour continuer la résistance. C’est dans la résistance plus que dans la conquête que se manifestent le mieux les vertus gauloises.

Voilà pourquoi Astérix a conquis les Français plus facilement que César n’avait conquis la Gaule. Et voilà pourquoi, unis à travers les siècles, Gaulois et Gaulliens, jubilant et se tapant sur les cuisses (clap, clap, clap), se montrent du doigt les Civilisateurs. Autour du sanglier rôti des euphories nationales, la gourde de potion magique portée de la  main, ils attendent le prochain épisode, dont ils espèrent qu’il sera aussi bon que les précédents.

A moins que d’ici là, le ciel ne leur tombe sur la tête. Mais comme dit Abraracourcix : “C’est pas demain la veille”.

Jean-Noël Gurgand

L’Express n° 796 du 19 au 25 septembre 1966, pp. 24-26

 



Citer ce billet
Sylvain Lesage (2020, 8 octobre). Le phénomène Astérix. Penser la bande dessinée. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ssv5

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search