La bande dessinée, art mineur réservé aux mineurs ?

Publié en 1966, ce long éditorial signé Francis Lacassin fait figure de manifeste du CELEG, le Centre d’étude des littératures d’expression graphique. Héritier du Club des bandes dessinées (1962), le CELEG publie Giff-Wiff, fanzine consacré à l’étude de la bande dessinée, et acteur majeur du processus de reconnaissance de la bande dessinée en tant qu’art. C’est pourtant un numéro tardif dans l’histoire du CELEG : cela fait bientôt quatre ans que paraît Giff Wiff, et deux que le CBD s’est transformé en CELEG, après le conflit qui aboutit au départ de Moliterni et Couperie, partis fonder la SOCERLID (pour plus d’éléments sur ce point, voir la notice de Julie Demange dans le Dictionnaire esthétique et thématique de la bande dessinée, qui synthétise les principaux traits de l’histoire de cette première bédéphilie). Le n° 20 correspond à une amorce de professionnalisation de la revue, avec une impression offset et une diffusion plus large, assurée par l’éditeur “obsédé textuel” Jean-Jacques Pauvert. A la construction d’une communauté, qui anime les premiers numéros de Giff-Wiff succède une ambition plus large, dans laquelle on retrouve la trace de mobilisations antérieures (la pétition contre la censure de Barbarella) et l’annonce de textes à venir, en particulier le Pour un neuvième art, la bande dessinée, publié en 1971. Cet éditorial est aussi, à bien des égards, un chant du cygne pour Francis Lacassin et le CELEG : l’association disparaît en 1967, arrêtant la publication de Giff-Wiff au n° 23. L’intégralité des numéros parus a été numérisée par la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image d’Angoulême, où ils sont librement consultables. Il constitue un témoignage – parmi bien d’autres – de la centralité du combat pour affirmer la dignité culturelle de la bande dessinée.

La fondation voici quatre ans du Club des Bandes Dessinées (devenu depuis le C.E.L.E.G. : Centre d’Etude des Littératures d’Expression Graphique) exprimait un acte d’amour.

La réunion par nos soins en Février 1965 des premiers Salons et Congrès Internationaux des Bandes Dessinées, à Bordighera (Italie) traduisait un acte de foi dans l’avenir et le rôle des Bandes Dessinées.

Il y a quatre ans, nous fondions également Giff Wiff, première revue mondiale consacrée à la critique et à la chronique des bandes dessinées. Dix-neuf numéros, ronéotés et rarissimes, ont vu le jour avant ce numéro 20, pour la première fois destiné à un large public. Sa parution fait plus que renouveller [sic.] notre acte de foi, elle annonce son exaucement. Acheter, lire Giff Wiff 20, c’est prendre part à un événement aussi important que la naissance, en 1921, de Cinémagazine, la première revue s’adressant aux spectateurs du cinématographe. On voudra bien excuser le retard avec lequel se produit cet événement, retard de quarante-cinq ans, si l’on songe que sous une forme voisine de leur apparence actuelle les bandes dessinées sont nées en France en 1889, soit six ans avant le cinéma.

Retard plus considérable encore, si l’on admet que préposés à faire rêver ou sourire, les bandes dessinées succèdent dans cette mission aux peintures rupestres, aux papyrus égyptiens, aux bas-reliefs antiques, aux tympans des cathédrales, aux Jugements Derniers, aux chemins de Croix, aux mystères du Moyen-Âge, à la Chanson de Roland, aux contes de Fées, à la tapisserie de Bayeux, aux images d’Almanach, aux images d’Epinal, au roman feuilleton.

Giff Wiff ne manquera pas d’évoquer cette filiation unissant les bandes dessinées actuelles à leurs ancêtres ; mais il reflètera aussi leur actualité et s’efforcera de prévoir leur évolution. Comme le C.E.L.E.G. dont il est le porte-parole, Giff Wiff se propose, en plus de son rôle d’information, d’encourager, étudier et défendre les bandes dessinées.

En dehors de sa diffusion assurée par Jean-Jacques Pauvert, Giff Wiff n’est lié à aucun éditeur ; il est au service de ceux de plus en plus nombreux, venus quêter ses conseils ou la documentation de ses spécialistes. Cela ne nous privera ni du droit de critiquer ni de celui de louer.

Cette indépendance nous permet de parler avec autant de liberté, des bandes dessinées, en particulier de celles d’expression Française. A l’égard de ces dernières, nous ne professons aucun chauvinisme à rebours, aucune commisération apitoyée, aucune hostilité intéressée. Bécassine, Les Pieds Nickelés, ZIg et Puce, Tintin et autres personnages plus récents, méritent de figurer à part entière dans l’histoire de la Bande Dessinée. Si nous parlons plus souvent de la production Américaine, c’est qu’elle est plus prolifique, et beaucoup plus destinée aux adultes que la bande dessinée d’inspiration Française.

Il est temps de balayer les méthodes d’éducation datant du Second Empire, les préjugés périmés et barbares selon lesquels la bande dessinée est un art mineur réservé aux mineurs, ainsi qualifiés en raison de leur âge ou d’un intellect restreint. Qui songerait aujourd’hui à confiner les contes de Fées aux nourrices, à réserver la fréquentation des Images d’Epinal aux arriérés ? Qui se risquerait à contester au cinéma son titre de 7ème art et qui se hasarderait à interdire aux plus de dix-huit ans la vision des westerns ? Ceux qui méprisent les bandes dessinées sont les mêmes qui avant 1914 qualifiaient le cinématographe de divertissement de saltimbanques, qui hier, décrétaient la télévision abrutissante et aujourd’hui encore, écrivent dans un style affligeant à la direction de l’O.R.T.F. pour faire exiger la suppression des émissions de Jean-Christophe Averty ou Pierre Boursaus.

Si le cinéma, dès 1895 s’affirma l’Art du XXème siècle, la bande dessinée s’impose dès aujourd’hui comme celui du XXIème. Le seul Art qui permette de reconstituer l’Enfer de Dante ou une guerre sur la planète Mars, avec une figuration illimitée et des décors grandioses que les coûts de revient ou l’impuissance de la technique, interdisent à jamais au cinéma. Par la sublimation ou la stylisation de ses caractères, la bande dessinée retrouve les grands archétypes qui fascinent l’inconscient collectif depuis le commencement des temps. Quelle différence entre Lancelot en quête du Graal et Tarzan Seigneur de la Jungle, sinon que le second a pour armure, la nudité… Quelle différence entre Mandrake le magicien et Merlin l’enchanteur, sinon la forme de leur chapeau. C’est pourquoi Mandrake et Tarzan sont lus à Hiroshima comme à Nevers, à Marienbad comme à Boulogne-sur-Mer, à New York comme à Vannes.

La bande dessinée est encore le seul moyen d’expression à dépasser l’audience de la Télévision.Les aventures de Mandrake paraissent dans quatre cent cinquante journaux – sans compter les albums et brochures – qui représentent cent vingt millions de lecteurs. Quel romancier célèbre, quel auteur de Télévision peuvent se targuer d’atteindre un aussi vaste public ? Et ces lecteurs, elle les prend dans tous les milieux, réconciliant comme l’a fait remarquer Edgar Morin, tous les âges, toutes les classes sociales, toutes les idéologies. Si l’on en doutait, il suffisait de parcourir la liste des membres du C.E.L.E.G. où se retrouvent le Vice-Président du Conseil National du Patronat Français et quelques personnes que leurs convictions situent dans un camp opposé ; un membre de l’Académie Française et une “idole des jeunes” ; le directeur de publication de Salut les Copains et plusieurs journalistes du Monde ; des rédacteurs des Cahiers du Cinéma et des rédacteurs de Positif ; trois maîtres de conférence à la Faculté des Sciences de Paris, un professeur de Polytechnique, un maître de recherches au Centre National de la Recherche Scientifique, le Président de l’Association des Ecrivains Scientifiques et de très célèbres auteurs de romans policiers.

Les héros de bandes dessinées sont les seuls dont l’existence puisse se dérouler pendant des années sans jamais lasser le public. Les aventures quotidiennes de Tarzan paraissent sans interruption depuis 1929, Mandrake depuis 1934, la famille Illico depuis 1913, Félix le Chat depuis 1917, Pam et Poum (The Katzenjammer Kids) existent depuis 1897. Ces héros sont les seuls aussi à survivre indéfiniment à leur auteur, figurant de véritables mythes, tel Hercule. Mais nul n’a continué – sauf au cinéma – à écrire de nouvelles aventures d’Hercule. Le cours de celles de Tarzan n’a pas été affecté par la mort d’Edgar Rice Burroughs en 1950. Depuis trente-deux ans, Guy l’Eclair a été dessiné par Alex Raymond, Austin Briggs, Mac Raboy, et Dan Barry. Nés en 1908, Les Pieds Nickelés, après la mort de Forton ont été repris par Aristide Perré, A.G. Badert, Pellos, Pierre Lacroix et à nouveau Pellos. Alain Saint-Ogan a confié depuis le destin de Zig et Puce à Greg.

Simenon est sans doute l’un des romanciers les plus prolifiques de notre temps ; une quarantaine de ses livres ont été portés à l’écran. Mais Tarzan à lui seul a inspiré trente-sept fils ; Charlie Chan cinquante-et-uns ; et Popeye… quatre-cent-cinquante quatre ! Inversement, certains personnages de bandes dessinées, Mickey, Félix le Chat proviennent du cinéma ; ou de la télévision Dobbie Gillis.

Les rapports cinéma – bandes dessinées ne se bornent pas à des emprunts réciproques de personnages. Ils se situent encore au niveau de la structure du récit, exprimé par des répliques contenues dans des ballons ; au niveau de sa technique : découpage, montage, cadrage. La technique cinématographique a beaucoup apporté à la bande dessinée, mais cette dernière n’a t’elle pas l’antériorité en ce qui concerne l’intervention [sic.] du gros plan, du travelling, de l’image panoramique ou cinémascopique ? Enfin, à voir des films tels que les Titans, hercule à la conquête de l’Atlantide, Maciste et le Fantôme, Atlantis terre engloutie, la série des James Bond, on a le sentiment qu’un peu de leur esprit est redevable aux bandes dessinées. Redevables encore, mais à des titres divers, certaines émissions d’Averty ; la Jetée de Chris Marker ; Paris nous appartient de Jacques Rivette ; Muriel de Resnais ; Huit et demi Juliette des Esprits, ou Il Bidone de Fellini.

Entre les divers arts de l’image, il s’agit moins de rapports que d’échanges. On est tenté décrire [sic.] que le monde des images est le fait de miroirs qui se reflètent les uns les autres. Ainsi la bande dessinée a-t-elle inspiré l’aboutissement le plus moderne de la peinture figurative, le Pop Art, comme en témoigne dans ce même numéro Lichtenstein. Mais elle a reçu en héritage, le mouvement auquel ont renoncé les arts plastiques tournés vers l’abstraction. il existe plus que de simples affinités entre les peintures et sculptures de Michel Ange et le Tarzan dessiné par Hogarth.

Un peu plus chaque jour, la band dessinée s’introduit dans les arts graphiques devenant l’auxiliaire de la publicité. Elle aurait même influencé, si l’on en croit certaines déclarations de Robbe-Grillet, le nouveau roman !

Sans prétendre assumer, ni édifier, nous chercherons à définir les rapports existant entre la bande dessinée et tous les autres arts ; sa place dans la société présente ; et quel secret confère l’universalité et l’éternité à ses héros. De même, ferons-nous apparaître le visage et le caractère des auteurs les plus lus et les plus inconnus du monde.

Informer, étudier, défendre. Pourquoi défendre ?

Certains des adversaires de la bande dessinée n’éprouvent pas seulement à son encontre le mépris, l’ignorance ou le dédain, mais un désir de châtier, mutiler, étouffer. En vertu de la croyance barbare selon laquelle le monde des images est le domaine de l’enfance, la commission de l’Education Surveillée [sic.], fonctionnant en vertu de la loi du 26 juillet 1949 [sic.], prend soin de la moralité des bandes dessinées… et des adultes qui en lisent.

Par extension, on interdit ou supprime des bandes dessinées explicitement destinées aux adultes, sous le prétexte que, malgré leur prix élevé, elles peuvent tomber sous les yeux des enfants. Aussi le C.E.L.E.G. a-t-il organisé l’an dernier, une campagne de protestation en faveur d’un personnage dont les aventures recueillies en album ont été interdites à la vente aux mineurs, à l’affichage, à la publicité. Sous peine d’aller en prison, il n’est plus permis de citer son no ni celui de ses auteurs et éditeurs. Mais ce personnage allant être porté à l’écran par les productions Dino de Laurentiis, il est permis – vive la liberté – de parler du film que Roger Vadim va réaliser sous le titre les aventures de Barbarella, d’après un scénario de Jean-Claude Forest.

On a reproché aux bandes dessinées humoristiques, un graphisme caricatural, un esprit loufoque… Quel argument opposer ? Seul s’impose, le constat d’une inguérissable incompatibilité d’humour entre les censeurs et la plupart de leurs contemporains… On s’affole devant l’emploi des onomatopées. Enfin, pas toutes… Les dernières inventées, seulement. Le ding-ding-dong de Frères Jacques, les cocorico, hi-han et autres drelin-dindin, étant réhabilités depuis longtemps. Evelyne Sullerot objecterait que l’augmentation des onomatopées ne fait que traduire l’augmentation du bruit dans lequel est plongé le monde moderne ; et que leur étude permet de prévoir, l’évolution du langage. Souvent même la représentation graphique des onomatopées, enrichit l’image, suppléant de façon originale à son silence !

Quant aux bandes dramatiques, c’est leur érotisme et leur violence qui les rendent justifiables de l’éteignoir ou du bûcher.

Il faudrait être un tartufe ou un innocent congénital, pour nier toute trace d’érotisme et de violence dans Tarzan, Guy l’Eclair, le Fantôme, Dick Tracy, Agent Secret X9, et d’une manière générale dans toute bande d’aventures. Mais il n’y en a guère plus que dans le bon vieux roman d’aventures.

Et beaucoup moins que dans certains chefs d’œuvres du classicisme : Oedipe Roi, Antigone, Le Cid. Et que dire de la mythologie Grecque tissu d’intrigues ourdies par les Dieux afin d’assouvir leurs instincts pervers. Tout élève de 6ème classique sait, pour l’avoir traduit du Grec ou du Latin, que Hercule est le fruit de l’adultère de Jupiter et de Aclméne ; l’image des serpents envoyés par Junon pour étouffer l’enfant dans son berceau est horrible : en bonne logique, elle devrait être proscrite des manuels scolaires. Si un auteur de bande dessinée se risquait à évoquer l’adultère, il pourrait s’inscrire au chômage, la semaine suivante.

L’érotisme latent des bandes dessinées dramatiques est anodin, comparé à la perversion profonde de contes de Fées tels : Le Petit Poucet (pédophilie), Barbe Bleue (nécrophilie), la Belle et la Bête (zoophilie). Le célèbre Journal des Voyages auxquels on reconnut tant de vertus curatives et éducatives compose une très complète anthologie de l’horreur et du massacre. Certains récits d’explorateurs jadis donnés en modèle, ne peuvent être relus sans gêne à l’heure de la décolonisation. Il n’est pas jusqu’à la grand-mère modèle qui n’ait cédé à la complaisance de descriptions malsaines.

“Un homme qu’il ne reconnut pas au premier abord, assumait à coups de fouet un petit garçon à demi-déshabillé, qui se tordait et rugissait sous l’étreinte et les coups de l’homme : chaque coup marquait sur sa chair une trace livide” (L’auberge de l’Ange Gardien) – “Le malheureux innocent effrayé, éperdu, voulut crier, mais ses cris furent étouffés par les cris de joie et de triomphe de ses bourreaux. Il suffoquait de plus en plus, la frayeur lui coupait la respiration qui devenait difficile, ses yeux s’injectaient de sang, sa voix ne vous se faire passage, son regard suppliant demandait grâce’ (Les deux nigauds). La Comtesse de Ségur dont les livres renferment une effrayante succession de catastrophes, de bras et jambes cassés, de fesses lacérées, de ruines, et d’agonies sanglantes – mérite cependant notre indulgence : il n’y a pas si longtemps que les pères vertueux emmenaient leurs enfants assister aux exécutions capitales pour les édifier.

Les monuments aux morts qui ornent nos places et nos cimetières, les tableaux de crucifixion présents dans toutes les Eglises, attestent que la société, la religion sont depuis toujours imprégnées de cruauté. Il est des passages de la Bible qu’on ne saurait mettre entre toutes les maison. Sans parler des incestes, des châtiments qu’elle relate, elle encourage parfois la violence. Sinon, comment faut-il interpréter ce verset où Jahvé promettant à ses adeptes “le pays où couleraient le lait et le miel”, les encourage à en chasser les habitants “par le tranchant du glaive”.

On chercherait en vain dans les bandes dessinées la “moralité” ignoble de certaines fables de La Fontaine qu’on donne à réciter aux enfants. La production Américaine conçue pour un public mondial, obéit à un conformisme moral inexpugnable : le mal n’y triomphe jamais du bien. A cet impératif s’ajoutent ceux dictés par des tabous innombrables. On n’y aperçoit jamais l’ombre d’une prostituée ou d’une femme adultère. Qu’il s’agisse du domaine Européen ou du domaine Américain, la censure Française se manifeste par une misogynie généralisée et des phobies particulières. Ainsi, vers les années 1950, s’organisa la chasse aux héros costumés et masqués : Superman, Batman, Le Fantôme, sous prétexte que leur costume ne ressemblait à rien et qu’un homme convenable ne portait pas de masque. La phobie des révolvers [sic.], provoqua après effaçable de ces armes, de curieux gestes chez les héros, ainsi qu’une certaine incohérence dans ses propos. La phobie des cadavres mit l’imagination des scénaristes à rude épreuve. Ont été ainsi publiées [sic.] des épisodes de westerns, et des histoires policières complètes sans qu’apparut jamais la moindre victime, en dépit de nombreux coups de feu tirés.

La femme célibataire, personnage indispensable de l’histoire d’aventures, a tourmenté gravement la censure Française. Disons que celle ci encouragerait volontiers la laideur, la présence rassurante de vieilles demoiselles à moustaches et à col strict, plutôt que de jeunes héroïnes resplendissantes et sublimées. La coupe d’un maillot de bain, l’arrondi de certaines formes, prêtent à discussion, car bien entendu les adolescents ne pénètrent jamais sur une plage. On a vu des censeurs, soucieux d’apaiser leur conscience et de permettre à des éditeurs de continuer leur métier, leur conseiller aimablement de remplacer le short d’une héroïne par une jupe, de passer à l’encre de chine, certains décolletés.

Freud a écrit que “la déformation d’un texte se rapproche à un certain point de vue d’un meurtre. La difficulté ne réside pas dans la perpétration du crime, mais dans la dissimulation de ses traces”. Cette opinion ancienne semble mieux convenir aujourd’hui aux bandes dessinées. Nul ne s’aviserait d’expurger en catimini Oedipe Roi ou certains passages de la Bible de nature à porter atteinte au moral de la jeunesse. Nul ne se risquerait à alléger pour des raisons de pagination le dernier acte d’Athalie, ou pour des motifs de mise en page et de format, à couper les dernières syllabes de quelques vers de Corneille pour les faire passer à la ligne suivante. Puissent certains éditeurs comprendre que la bande dessinée ne doit pas s’adapter au format : seul le contraire doit être envisagé.

Il est affligeant de constater qu’au moment où le cinéma cherche son avenir dans le cinémascope, les journaux et recueils de bandes dessinées subissent le sort de la peau de chagrin. Après avoir régressé jusqu’au petit format en usage avant le lancement du journal de Mickey en 1934? ils ont parfois atteint le format de poche. Quoi d’étonnant qu’à des textes microscopiques et à des images-timbre-postes souvent privées de couleurs, les adultes préfèrent les coûteuses éditions de luxe : type Pieds Nickelés, tandis que les enfants reportent leur intérêt sur de nouvelles publications où la couleur, la mise en page et le format des illustrations, sont dignes des magazines achetés par leurs parents.

Informer, étudier, défendre la bande dessinée dans son intégrité physique et morale, contre toute mutilation et altération, tel est le but de Giff Wiff, émanation du Centre d’Etude des Littératures d’Expression Graphique.

A l’égal du cinéma ou de la télévision, la bande dessinée est plus qu’un moyen d’expression à vocation artistique. Un art majeur. Nous le crierons. Et nous le défendrons.

Source : Francis Lacassin, “La bande dessinée, art mineur réservé aux mineurs ?”, Giff-Wiff n° 20, mai 1966, p. 2-5. Disponible ici.



Citer ce billet
Sylvain Lesage (2020, 20 octobre). La bande dessinée, art mineur réservé aux mineurs ? Penser la bande dessinée. Consulté le 28 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ssv7

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search