À propos

Adossé à un séminaire porté par les laboratoires IRHiS (U. Lille) et InTRu (U. Tours), ce carnet a vocation à accompagner un projet dédié aux épistémologies de la bande dessinée.

Après plusieurs décennies de faux départs et d’éparpillement, les études sur la bande dessinée franchissent depuis quelques années un cap. La multiplication des journées d’étude et colloques, le foisonnement de la jeune recherche en atteste : la recherche sur la bande dessinée est en pleine effervescence. Dans son enquête sur la jeune recherche en bande dessinée, Julien Baudry identifiait 18 thèses soutenues entre 2000 et 2009 ayant pour sujet (principal ou périphérique) la bande dessinée, et 18 soutenues entre 2010 et 2014. La base theses.fr indique 39 thèses soutenues depuis 2014, témoignant d’une spectaculaire accélération de la tendance. La création en 2015 du réseau de chercheurs en bande dessinée La Brèche démontre ce dynamisme.

Ce dynamisme se retrouve dans l’édition scientifique (collection «Esprit BD» chez Karthala, «Iconotextes» aux Presses universitaires François-Rabelais, «Graphèmes» aux Presses universitaires Blaise-Pascal…), les revues (Comicalités, ResFuturae…), mais aussi, vraie singularité française, dans un festival dédié (SoBD, organisé depuis 7 ans en décembre à la Halles des Blancs Manteaux). Pour autant, il s’agit d’un domaine jeune, écartelé entre de multiples disciplines (histoire, études littéraires, esthétique, sciences de l’information et de la communication, sociologie…), ce qui est à la fois gage d’une grande richesse théorique, et d’une fragilité structurelle.
Dans le même temps, la bande dessinée occupe une place de plus en plus importante dans le système de l’art : multiplication des expositions – y compris dans des institutions de tout premier plan – essor des ventes et explosion des prix en salles de vente (1,5 M° d’euros pour une planche d’On a marché sur la Lune en 2016)… Dans ce contexte d’une importance croissante de la bande dessinée sur les marchés de l’édition (5 000 titres parus par an) et de l’art, les pouvoirs publics manifestent une attention renouvelée à la bande dessinée, au point pour le ministère de la Culture de déclarer 2020 « Année de la bande dessinée », affirmant ainsi l’importance symbolique du neuvième art dans l’action culturelle et le poids stratégique des industries culturelles de la bande dessinée.
L’ambition de ce séminaire est donc de s’inscrire dans cet élan en contribuant à structurer les études sur la bande dessinée, qui pâtissent d’une forme de dispersion critique.


Associant deux laboratoires (IRHiS, UMR 8529 / U. Lille, InTRu, EA 6301 / U. Tours), ce séminaire offre un espace de discussion inédit entre chercheurs venus d’horizons divers et professionnels du secteur : auteurs, éditeurs, conservateurs, commissaires d’exposition, collectionneurs… Il est animé par Sylvain Lesage, maître de conférences en histoire à l’université de Lille, spécialiste d’histoire du livre et d’histoire visuelle, et par Laurent Gerbier, maître de conférences HDR en philosophie à l’université de Tours, enseignant à l’EESI d’Angoulême et directeur de la collection « Iconotextes » aux PUFR.

Le carnet permettra d’animer l’équipe rassemblée autour de ce projet (annonces, compte-rendus de séances, etc.), mais surtout d’offrir un espace de republication de textes importants, oubliés ou méconnus. En effet, nombre de textes critiques sur la bande dessinée sont difficilement accessibles : articles universitaires tombés dans l’oubli, éditoriaux de magazines de bande dessinée, articles publiés dans des revues d’amateurs, bulletins bédéphiles, pamphlets… L’un des objectifs du séminaire sera de préparer une anthologie critique de textes sur la bande dessinée, afin de surmonter le déficit critique dont elle pâtit aujourd’hui.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search